Concrétisons Nos Idées

JAH-4 – Du montage musclé d'un petit serveur

Rédigé par Samaël - -

Journal de bord du capitaine :
Date : 6 janvier 2010
Lieu : Perdu dans le cyber espace

Un boîtier où chaque chose est sensée avoir sa place avec l'espace suffisant, des composants fait pour s’emboîter les uns dans les autres, des trous, des vis et un tournevis; voila ce qui s'étalait sous mes yeux au moment où j'ai décidé d'attaquer le montage de mon serveur. Le cœur rempli de l'espoir que dans une petite heure, je pourrais le brancher !

Première chose : le petit sac de vis fourni avec le boîtier. Il me semblait étonnement rempli, je commence donc à détailler son contenu. Je trouve quatre vis identiques j'en déduis donc que ce doit être celle qui vont servir à fixer la carte-mère. En effet, la première étape du "Quick start" fourni avec la carte-mère commence logiquement par la fixation de celle-ci au boîtier. On notera, au passage, que la documentation détaillée de la carte-mère est sur cédérom, et celle du boîtier uniquement disponible sur Internet. Parfaitement logique et simple lorsqu'on monte son tout premier PC. Mais ne chipotons pas, peu de personnes prennent le temps de lire ces manuels (à tort, le plus souvent) donc l'écologie y gagne !

Je commence donc par ouvrir le boîtier Antec. Procédure simple et rapide, composée du dévissage de quelques vis et de coulissement de quelques pièces métalliques. Une fois l'accès au fond du boîtier dégagé, il ne me reste qu'à pousser à l'extérieur du boîtier les nombreux câbles d'alimentation des futurs composants. Ainsi est pleinement dégagé l'espace qu'occupera la carte-mère, les quatre pas de vis étant accessible.

Avec ma carte-mère, était fourni ce que j'appellerai "la grille des connectiques". Cette grille est sensée être mise à la place de la grille fournie avec le boîtier, afin de "coller" parfaitement à l'emplacement des sorties de la carte-mère; permettant, par la même, de ne pas laisser d'ouverture superflue qui serait une porte à poussières. Et c'est là qu'ont commencé les difficultés pour moi …
Car si la grille du boîtier s'est enlevée en une seconde, la nouvelle ne me semblait pas parfaitement adaptée à l'espace qui lui était réservé. J'ai donc passé près de 50 minutes à essayer de la mettre le mieux possible, poussant de toutes mes forces avec mes doigts sur tout les endroits possibles, afin qu'elle soit enfoncée au maximum partout. Je n'ai pas osé utiliser d'outils de type marteau ou autre, afin que le destin ne soit pas tenté de m'apporter, une nouvelle fois, la preuve de ma maladresse et de ma malchance chronique. J'avoue qu'après quasiment une heure de combat, j'étais plutôt satisfait et persuadé d'être arrivé à la clipper correctement.

L'étape suivante consistait en la mise en place de la carte-mère. Gros problèmes de ce type de matériel : aucune prise et des composants fragiles tout les millimètres ! Après avoir failli arracher le ventilateur du processeur et un radiateur, j'ai enfin réussi a poser la carte-mère sur les pas de vis; et là, c'est le drame : les trous de la carte-mère ne sont pas en face des pas de vis ! Il s'agit de quelques millimètres de décalage mais, tout de même, cela empêche le vissage.

Après de multiples tentatives, je me rend à l'évidence : quelque chose bloque ! Mais quoi ? Le problème de ce type de boîtier, c'est que tout est, pour ainsi dire, calculé au poil de cul pour rentrer; donc il n'est pas aisé (disons le : c'est impossible) de regarder, par exemple, en dessous de la carte-mère si rien n'accroche ou tout autre chose. La conclusion à laquelle je suis arrivé, c'est que la fameuse grille ne devait pas être suffisamment enfoncée. Pas grand chose, à peine un millimètre, mais cela suffisait à gêner la carte-mère. Je me suis alors résolu à faire quelque chose que je déteste : forcer sur des composants fragiles !

Tout en poussant au maximum la carte-mère avec une main, j'ai donc essayé de visser une des vis que j'avais repérée, tout au début, dans un des trous de la carte-mère qui était presque en face de son pas de vis. J'ai, bien évidemment, fait tomber la vis sur la carte-mère; on recommence ! La seconde fois, j'arrive presque à poser la vis dans le trou, tout en continuant à pousser avec le bout de mes doigts (en feu), je me saisis du tournevis et commence à visser; et là, nouveau drame : ça résiste ! Et pas qu'un peu ! Au point où j'en suis, je continue à forcer le vissage, jusqu'au moment où je m'aperçois que je suis en train de littéralement creuser dans la carte-mère ! J'arrête là les frais et étudie attentivement les vis et les trous dans lesquels elles sont sensées rentrer : ce n'étaient pas les bonnes ...

Après un tri attentif de toutes les vis fournies, et des essais dans les trous de la carte-mère et dans les pas de vis, je finis par trouver les bonnes vis; on recommence ! Cette troisième fois fut le bonne, ma première vis (légèrement de biais) est à moitié dans son pas de vis, je recommence donc l'opération avec les autres. A chaque vis, je devais forcer un peu moins, la carte-mère se rapprochant, au fur et à mesure, de sa position nominale. Au final : 3 vis à 100 % dans leur pas et la 4ème à 75 % ; ce qui n'est pas si mal et surtout bien suffisant pour que la carte-mère ne bouge plus jamais.

Le reste du montage se passa, relativement, sans encombre. Il n'y avait qu'à suivre l'ordre des composants à brancher, le "Quick start" détaillant tout à l'aide de schémas très clairs. Je n'ai eu à improviser que pour les leds du boîtier où, chose très étrange, une des connectiques était un embout femelle pour trois pins (alors que seulement deux fils y étaient reliés) et sur la carte-mère seulement deux pins étaient prévus. J'ai aligné, dans l'embout femelle, les fils avec les pins présents sur la carte-mère et j'ai branché le tout.

Conclusion :

  • Tout enfoncer à fond et ne pas hésiter à marteler ou découper ce qui peut l'être pour ne pas avoir à forcer sur des composants fragiles.
  • Toujours tester les vis pour être sûr de visser les bonnes sur le pas adéquate (comme Sheila)
  • Surtout ne pas se presser et ne pas s'énerver

En appliquant ces quelques conseils simples tout le monde peut monter un ordinateur.

En remettant la dernière vis du boîtier, je dois avouer que je me senti soulagé; cela terminait, en théorie, toutes les manipulations matérielles que j'avais à faire. La suite se passerait via un clavier et un écran, environnement dans lequel je me sens un peu plus à l'aise. Il ne restait plus qu'à prier qu'une fois mis sous tension, et le bouton d'allumage pressé, tout cela n'allait pas me griller sous le nez ...

Prochaine entrée du journal : De l'installation épique d'une Debian Lenny

#1 Elessar a dit :

Eh bien, c'est curieux comme expérience de montage, je n'ai jamais rien vu de tel, même en Mini-ITX ! Des photos auraient été sympas, autrement.

#2 Samaël a dit :

@Elessar : C'était mon 1er montage de PC et c'est vrai que ça peut faire peur, mais depuis j'ai monté 2 autres PCs (y compris avec installe du processeur sur la carte-mère) et tout c'est passé sans problème.

Là j'ai vraiment pêché par inexpérience notamment pour le coup des mauvaises vis que j'avais choisi.
Au final, si je n'avais pas eu ce soucis avec la grille des connectiques tout ce serait passé sans anicroche.

En relisant l'article j'ai aussi regretté l’absence de photos, du coup maintenant j'essaie d'en prendre quand je suis amené à modifier le matériel de mes PCs. En l’occurrence, ce serveur à subit, quelques années plus tard, le remplacement du mini ventilo de son northbridge par un radiateur et là il me semble que j'ai des photos.

Les commentaires sont fermés.